Les lauréats du prix 2017 du leadership en matière d'autonomisation économique des femmes

In English / En español

Aujourd'hui, Winnie Byanyima, directrice générale d'Oxfam International, a annoncé les noms des cinq lauréat·e·s du prix 2017 du leadership en matière d'autonomisation économique des femmes d'Oxfam, organisé par le centre de connaissance sur l'autonomisation économique des femmes dans l'agriculture d'Oxfam.

43 personnes remarquables, issues de 32 pays, ont été nominées (voir la liste complète). Les cinq personnes suivantes, issues d'Oxfam et d'organisations partenaires, sont récompensées pour leur contribution exceptionnelle en faveur de l'autonomisation économique des femmes.

  • Aida Zubčević, présidente de l'Association des femmes d'affaires en Bosnie-Herzégovine.
  • Laureen Karayi Nabimanya, coordinatrice du programme sur les droits des femmes et l'accès à la justice, Uganda Women’s Network (UWONET)
  • M.B. Akhter, directeur des programmes, Oxfam au Bangladesh
  • Madeleine Kulab, pêcheur et membre du comité de l'Union des Comités pour le Travail Agricole (UAWC) de Gaza
  • Eaetemad  Rafallah Abdallah, Responsable de l'unité de filature et de fabrication de laine au Centre de Développement Durable

Le comité de sélection a été impressionné par l'engagement des personnes nominées dans la lutte contre la discrimination et les normes sociales néfastes, leur détermination à créer des espaces pour les femmes dans des secteurs dominés par les hommes, leur leadership et leur capacité à donner de la visibilité à leurs initiatives. Dans son message aux lauréat·e·s et aux nominé·e·s, Winnie Byanyima, directrice générale d'Oxfam International, souligne l'importance de leurs contributions dans le travail d'Oxfam et au-delà.

Dans son message aux lauréat·e·s et aux nominé·e·s, Winnie Byanyima, directrice générale d'Oxfam International, souligne l'importance de leurs contributions dans le travail d'Oxfam et au-delà.

Winnie Byanyima fait partie du Panel de haut niveau des Nations unies sur l'autonomisation économique des femmes, une plate-forme unique pour influencer les pratiques et politiques mondiales. Oxfam a joué un rôle déterminant en relayant le message des organisations de défense des droits des femmes et en attirant l'attention sur des problématiques telles que le travail de soin non rémunéré, les normes sociales, le travail informel et le travail des femmes dans l'agriculture. À partir de données rassemblées dans de différents programmes et lors de consultations régionales avec des organisations de la société civile, on a pu fermement reconnaître ces grands thèmes dans la réalité des femmes à travers le monde.



Laureen Karayi Nabimanya, coordinatrice du programme sur les droits des femmes et l'accès à la justice, Uganda Women’s Network (UWONET)

Dans le cadre d’activités sur l'autonomisation économique des femmes réalisées aux côtés d’UWONET, Laureen a révolutionné le plaidoyer auprès du gouvernement ougandais en matière de travail de soin non rémunéré. Grâce à son ambition et sa créativité, Laureen a soutenu des stratégies innovantes visant à développer les mouvements de femmes en Ouganda, et ainsi reconnaître le travail des femmes dans son ensemble et stimuler l'investissement public en soutien au travail de soin non rémunéré. Des députées et des organisations de défense des droits des femmes ont également participé au renforcement des capacités visant à mettre en évidence le travail de soin non rémunéré. Plus récemment, Laureen a participé en équipe à l'organisation d'une « marche de l'eau » (avec 300 Ougandais·e·s) afin de soumettre une pétition au ministère de l'Eau, de l'assainissement et de l'environnement en Ouganda. Cette pétition exprimait les inquiétudes quant aux difficultés que rencontrent les femmes et les filles pour accéder à de l'eau propre, sûre, abordable et en quantité suffisante : une problématique clé liée au genre et au travail de soin pour les femmes et les filles.



Aida Zubčević, présidente de l'Association des femmes d'affaires en Bosnie-Herzégovine

Aida Zubčević est présidente de l'Association des femmes d'affaires en Bosnie-Herzégovine, qui compte 300 membres. Son action a contribué à la construction d'une société civile forte et unie, qui rassemble des femmes d'affaires et des agricultrices dans la lutte contre les pratiques discriminatoires, et qui entend donner aux femmes les moyens et les connaissances pour revendiquer leurs droits économiques. En contestant les normes traditionnelles, en créant des partenariats solides avec des députées et en bâtissant une stratégie de développement pour l'entrepreneuriat des femmes, Aida se dédie au renforcement du statut social des femmes rurales au bénéfice économique de toute la communauté. Aida a reçu le prix régional « Flower of success » pour son action dans la défense des droits des femmes.

À travers différentes activités et la promotion de l'entrepreneuriat des femmes, les entrepreneuses de l'Association des femmes d'affaires en Bosnie-Herzégovine non seulement participent à la création d'une meilleure place pour les femmes dans la société, mais elles saisissent par ailleurs l'occasion pour inscrire leur propre identité dans cette idée.Plus qu'une association, ce qu'Aida a créé est une plate-forme, un lieu, une adresse où des femmes visionnaires peuvent trouver encouragements, conseils et formation ainsi qu'un soutien sans faille pour le lancement et le développement de leur entreprise, quel que soit le secteur qu'elles représentent ou la zone urbaine ou rurale dont elles sont originaires.



Badi Akhter, directeur des programmes, Oxfam au Bangladesh

Akhter a joué un rôle déterminant en positionnant l'autonomisation économique des femmes au cœur des programmes de résilience et de justice économique d'Oxfam au Bangladesh. Que ce soit en tant que responsable des programmes ou maintenant en tant que directeur des programmes, Akhter est un défenseur dévoué et acharné des droits des femmes et du concept d'autonomisation. D'ailleurs dans l'ensemble des programmes de justice économique, le volet sur l'autonomisation économique des femmes est fortement présent : dans le projet de développement des entreprises de piment, dans le projet d'intégration des questions de genre au sein des entreprises et des marchés de la chaîne de valeur du secteur laitier, dans un nouveau programme urbain et enfin dans des projets de résilience et moyens de subsistance. Grâce à Akhter, le Bangladesh a été le premier pays à adopter une approche intégrée des programmes sur les moyens de subsistance basés sur les marchés, avec au cœur de la conception des programmes, le renforcement de la résilience et le leadership économique des femmes.



Madeleine Kulab, pêcheur et membre du comité de l'Union des Comités pour le Travail Agricole (UAWC) de Gaza

Madeleine est l'unique femme pêcheur de Gaza. Son courage, travaillant dans un secteur dominé par des hommes, a attiré une grande attention notamment de la part de médias internationaux, sur un secteur qui souffre du blocus et de la situation générale dans la bande de Gaza. Sa vie est un magnifique exemple de sa capacité à apprendre à tirer le meilleur profit de la situation actuelle, et à repousser les limites de la société et de l'économie.



Eaetemad  Rafallah Abdallah, Responsable de l'unité de filature et de fabrication de laine au Centre de Développement Durable

Eaetemad Rafallah Abdallah est une bédouine, vivant dans le désert egyptien, dotée d'une passion pour la préservation de l'héritage bédouin. En 2004, elle a eu l'opportunité de participer à une formation destinée à augmenter les revenus des femmes par l'artisanat, à travers lequel elle a réalisé l'importance d'améliorer les techniques de production dans la chaîne de valeur de la laine tout en valorisant la culture locale, les traditions ainsi que les resources naturelles telles que les teintures naturelles comme le curcuma. Travaillant dans une environnement difficile caractérisé par des traditions patriarcales, Eaetemad soutient l'autonomisation économique des femmes par l'amélioration de la qualité de l'artisanat. Grâce à sa motivation et à son courage, elle a su convaincre les hommes de sa communauté de l'importance de permettre aux femmes de mener des activités économiques, et de bénéficier de plus de liberté eu égard à leur temps et à leur revenu.


COMITÉ DE SÉLECTION

  • Monique van Zijl, spécialiste politique, Behind the Brand, Grow - Oxfam International
  • Sophie Romana, directrice, finances communautaires - Oxfam Amérique
  • Jon Horsley, directeur du développement des programmes - Oxfam International
  • Francesco Torrigiani, directeur des politiques - Oxfam Italie
  • Claudia Canepa, coordinatrice du Centre de connaissance sur l'autonomisation économique des femmes

Views: 157

Add a comment

You need to be a member of Women's Economic Empowerment in Agriculture Knowledge Hub to add comments!

Join Women's Economic Empowerment in Agriculture Knowledge Hub

Translate

Latest Activity

Tamsin Smith posted an event

Empower Youth for Work Programme Learning Event at Bangladesh

November 5, 2017 to November 9, 2017
Oct 17, 2017
Tamsin Smith updated an event

Social Norms Workshop at Harare

October 9, 2017 all day
Oct 17, 2017
Tamsin Smith updated an event

Pan-African Dialogue on Unpaid Care and Domestic Work at Harare

October 3, 2017 to October 6, 2017
Oct 17, 2017
Haythem ABID is now a member of Women's Economic Empowerment in Agriculture Knowledge Hub
Oct 17, 2017

© 2019   Oxfam. Created by Helen Moreno.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service