GROW campaign influences investment policies in the farming sector to the benefit of women and girls in West Africa

As an extension of the activities of its GROW campaign, Oxfam and the other campaign members have supported the creation of a gender group affiliated to the Economic Community of West African States (ECOWAS) to influence investment policy in the farming sector to the benefit of women and girls. In this interview, Imma de Miguel, Head of the Economic Justice Campaign, reflects on the group's formation and the successes it has notched up.

En Français


Imma de Miguel

Head of the Economic Justice Campaign

Oxfam

idemiguel@OxfamIntermon.org

What are the goals of the gender group?

The Economic Community of West African States (ECOWAS), which is made up of 15 countries, aims to promote cooperation and economic integration in the region. Its main activities include defining regional farming policy and its investment plan, which are then translated into the national policies and plans of the member states.

While such policies have historically overlooked gender-related matters, such issues are essential, both for women and girls and for the countries as a whole. The ECOWAS gender group therefore aims to influence regional farming policy and the investment plan in order to promote women's economic empowerment in the member countries, and to acknowledge the major role that women play in the farming sector.

How did the group come to be set up?

As we were implementing the GROW campaign, we realised somewhere along the way that gender-related issues were not being given priority status among the activities of the coalition formed by Oxfam in West Africa, which is composed of three agricultural organisations (ROPPA, RBM and APESS), a research institute (IPAR), a communication network focusing on rural issues (Inter-réseaux), and a regional network of civil-society organisations (POSCAO). In fact, the GROW campaign did not include a single group specifically dedicated to women's rights, which was impacting on the campaign's objectives at the regional level.

In order to remedy this problem, the GROW group in West Africa agreed to invite a women's rights protection organisation to join it. Women in Law and Development in Africa (WILDAF) therefore joined the campaign and formed a gender group, made up of a representative of each member organisation who was sensitive to gender issues, with the aim of ensuring that gender would be integrated into all aspects of the campaign.

This group highlighted the absence of a gender perspective in regional agricultural policy, and its members began to discuss the issue with other actors to identify the best ways to influence the policies of ECOWAS. Noting a lack of expertise in this area within the region, WILDAF, with Oxfam's help, then produced a methodology guide for the actors concerned on how to incorporate gender into agricultural investment planning.

In 2015, ECOWAS launched a process to review and evaluate 10 years of common agricultural policy. In order to do this, various thinking groups were set up, representing different categories of actors, including agricultural organisations, civil society and the private sector. Thanks to pressure from members of the GROW campaign and other actors in the region, a gender group was added in order to contribute reflections on gender-related issues and provide a new perspective.

The methodology guide, which was shared with official institutions and other actors involved in defining and implementing investment policies at both regional and national level, served as a basis for influencing these policies.

To what extent has the group succeeded in influencing regional agricultural investment policy?

For the first time, the guiding framework of the investment plan requires the systematic incorporation of gender, and indicators specific to women and young people have been integrated into the monitoring and evaluation system. Moreover, the reduction of gender inequalities is one of the outcomes on which the success of the investment policy will be judged.

The document also sets out plans to facilitate access to property and other means of production for women and to develop significant value chains for women and young people, and includes incentives to modernise processing units, in which women have a large presence.

Finally, in February, at a workshop that will bring together senior staff from ECOWAS and its member states, the FAO, an ally of the gender group, will present a series of studies on the incorporation of gender into past agricultural investment plans. The workshop will be a chance for the gender group to come together and plan how exactly it will be involved in the implementation of the investment plan adopted last December.

What are the next steps for the group?

The regional agricultural investment policy has been revised. Now we need to support individual countries in drawing up their national plans. We also want to set up gender groups at country level.

The members of the GROW campaign will be among the actors consulted as part of the national processes, and will be able to set the priorities in terms of gender and create gender groups to institutionalise this perspective in the priority countries (Ghana, Nigeria, Niger and Burkina Faso). Moreover, Oxfam is currently supporting the development of a positioning tool to help agricultural and civil-society organisations to influence these processes at national level, even in countries where Oxfam is not working. We also want to strengthen our impact by developing synergies with other campaigns, such as the Kilimanjaro Initiative for women's access to land, an issue covered in agricultural policy.

Lastly, it is important to encourage agricultural organisations to actively participate in the gender group. Oxfam also supports the creation and reinforcement of women's collectives within these organisations.

Photo: Adam Patterson / Oxfam



La campagne CULTIVONS influence les politiques d’investissement dans le secteur agricole en faveur des femmes et des filles en Afrique de l’Ouest

En prolongement des activités de la campagne Cultivons, Oxfam, en collaboration avec les autres membres de la campagne, a appuyé la mise en place d’un groupe genre affilié à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour influencer les politiques d’investissement dans le secteur agricole en faveur des femmes et des filles. Dans cette entretien, Imma de Miguel, chargée de campagne Justice économique, revient sur la formation du groupe et les succès engrangés.


Imma de Miguel

Chargée de campagne Justice économique

Oxfam

idemiguel@OxfamIntermon.org

Quels sont les objectifs du groupe genre ?

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), qui rassemble 15 États, a pour objectif de promouvoir la coopération et l'intégration économique dans la région. Parmi ses activités principales, la CEDEAO définit la politique régionale agricole, et son plan d’investissement, qui sont ensuite traduits dans les politiques et plans nationaux des États membres.

Ces politiques ont historiquement négligé la prise en compte des questions liées au genre, qui sont pourtant essentielles tant pour les femmes et les filles que pour les États dans leur ensemble. Le groupe genre de la CEDEAO vise ainsi à influencer la politique agricole régionale et le plan d’investissement pour encourager l’autonomisation économique des femmes dans les pays membres et valoriser le rôle majeur joué par les femmes dans le secteur agricole.

Quel a été le processus permettant sa création ?

En mettant en œuvre la campagne CULTIVONS, nous nous sommes rendu compte que les questions liées au genre n’étaient pas considérées comme prioritaires dans les activités de la coalition formée par Oxfam en Afrique de l’Ouest, qui rassemble trois organisations paysannes (ROPPA, RBM, APESS), un institut de recherche (IPAR), un réseau de communication sur le monde rural (Inter-réseaux) et un réseau régional d’organisations de la société civile (POSCAO). En effet, la campagne CULTIVONS n’incluait aucun groupe spécifiquement dédié aux droits des femmes, ce qui avait des conséquences sur les objectifs de la campagne au niveau régional.

Afin de remédier à ce problème, le groupe CULTIVONS en Afrique de l’Ouest a convenu d’inviter une organisation de défense des droits des femmes. Women in Law and Development in Africa (WILDAF) / Femme, droit et développement en Afrique (FeDDAF) a ainsi rejoint la campagne et établi un groupe genre comprenant un représentant de chaque organisation membre sensible aux questions de genre, avec pour objectif d’assurer l’intégration du genre dans tous les aspects de la campagne.

Ce groupe a mis en exergue l’absence de perspective genre dans la politique agricole régionale, et les membres ont commencé à échanger avec d’autres acteurs pour identifier les meilleurs moyens d’influencer les politiques de la CEDEAO. Constatant le manque d’expertise en la matière dans la région, WILDAF, avec le soutien d’Oxfam, a ainsi produit un guide méthodologique pour l’intégration du genre pour les acteurs concernés dans la planification des investissements agricoles.

La CEDEAO a lancé en 2015 un processus devant établir le bilan de dix années de politique agricole commune. Pour ce faire différents groupes de réflexions ont été créés, représentant des catégories d’acteurs : organisations paysannes, société civile et secteur privé. Grâce à la pression des membres de la campagne CULTIVONS et d’autres acteurs de la région, un groupe genre s’est ajouté afin de réfléchir questions liées au genre et d’apporter une perspective nouvelle.

Le guide méthodologique, qui a été partagé avec les institutions officielles et autres acteurs impliqués dans la définition et la mise en œuvre de politiques d’investissement tant au niveau régional que national, a servi de fondement pour influencer ces politiques.

Dans quelle mesure le groupe a-t-il réussi à influencer la politique d’investissement agricole régionale ?

Pour la première fois, le cadre d’orientation du plan d’investissement demande une intégration systématique du genre, et des indicateurs spécifiques aux jeunes et aux femmes ont été intégrés dans le système de suivi et évaluation. Par ailleurs, la réduction des inégalités de genre constitue un des résultats sur lesquels le succès de la politique d’investissement sera jugé.

Le document affirme également la volonté de faciliter l’accès au foncier et autres moyens de production aux femmes, de développer les chaines de valeur importantes pour les femmes et les jeunes, et comprend des incitations pour la modernisation des unités de transformation, dans lesquelles les femmes sont très présentes.

Enfin, en février, lors d’un atelier qui réunira des cadres de la CEDEAO et des pays membres, la FAO, un allié du groupe genre présentera un ensemble d’études sur la prise en compte du genre dans les plans d’investissement agricoles passés. Cet atelier sera l’occasion pour le groupe genre de se réunir et de planifier leur implication concrète dans la mise en œuvre du plan d’investissement adopté en décembre dernier.

Quels sont les prochaines étapes pour le groupe ?

La politique régionale d’investissement agricole a été révisée. Il s’agit maintenant d’appuyer les pays pour l’élaboration des plans nationaux. Nous souhaitons ainsi créer des groupes genre au niveau des pays.

Les membres de la campagne CULTIVONS feront partie des acteurs consultés dans les processus nationaux et pourront porter les priorités en matière de genre et créer des groupes genre pour institutionnaliser cette perspective dans les pays prioritaires (Ghana, Nigeria, Niger, Burkina Faso). Par ailleurs, Oxfam appuie actuellement le développement d’un outil de positionnement pour aider les organisations paysannes et de la société civile à influencer les processus au niveau national, même dans les pays où Oxfam n’est pas présente. Nous souhaitons par ailleurs renforcer notre impact en développant des synergies avec d’autres campagnes, comme la campagne du Kilimandjaro pour l’accès des femmes à la terre, une thématique traitée dans la politique agricole.

En définitive, il est important d’encourager la participation active des organisations paysanne dans le groupe genre. Oxfam soutient ainsi la constitution et le renforcement de collectifs de femmes au sein de ces organisations.

Photo: Adam Patterson / Oxfam

Views: 157

Add a comment

You need to be a member of Women's Economic Empowerment in Agriculture Knowledge Hub to add comments!

Join Women's Economic Empowerment in Agriculture Knowledge Hub

Translate

Latest Activity

Tamsin Smith posted an event

Empower Youth for Work Programme Learning Event at Bangladesh

November 5, 2017 to November 9, 2017
Oct 17, 2017
Tamsin Smith updated an event

Social Norms Workshop at Harare

October 9, 2017 all day
Oct 17, 2017
Tamsin Smith updated an event

Pan-African Dialogue on Unpaid Care and Domestic Work at Harare

October 3, 2017 to October 6, 2017
Oct 17, 2017
Haythem ABID is now a member of Women's Economic Empowerment in Agriculture Knowledge Hub
Oct 17, 2017

© 2019   Oxfam. Created by Helen Moreno.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service